Mon Premier SBCS – Salon du Blog Culinaire de Soissons !

Hello à tous,

Après plusieurs semaines d’absence, semaines studieuses et très culinaires, je voudrais aujourd’hui vous conter ma première expérience au Salon du Blog Culinaire de Soissons, le bien nommé #SBCS dont s’est tenu la 5ème édition le WE du 16-18 novembre à Soissons.

Cet événement incontournable de la blogosphère food, est organisée par Chef Damien et toute l’équipe de l’excellent site 750g. Il réunit chaque année des blogueurs culinaires de la France, que dis-je de l’Europe entière, dans le cadre du Lycée Hôtelier de Soissons.
J’ai convaincu ma chère copine Sarah – que j’ai connu grâce à Bergeou et Requia à un Atelier Maggi – de m’y accompagner pour rencontrer, échanger de vive voix avec mes compères & commères blogueurs.

Pour résumer cette journée, j’ai :

photo

– fait un atelier pâtisserie avec Christophe Felder :  une démo très sympa avec un chef convivial, drôle et participatif pour un sublime Saint Honoré réalisé avec de la Sucralose (Canderel). Son astuce qui a fait mouche – n’étant pas une grande pâtissière, c’est facile…- : sa crème chantilly, il ne la fait qu’avec de la crème fleurette (jamais de crème UHT malheureux(ses) bien froide, de la vanille (une gousse grattée) et du kirch…

– fait une battle AgneIMG_4998au Presto : c’est à dire qu’en 20 minutes, j’ai relevé le défi d’improviser une recette avec un panier garni. J’ai réalisé – et accessoirement gagné la battle…- un pavé d’agneau (la qualité de l’agneau était absolument irréprochable) juste grillé, accompagné d’une compotée de fenouil, parfumée de paprika et agrémentée de poire 😉 La recette suit dans quelques semaines.

 

– Suivi un atelier avec Mamina et Philou photo-1pour les Champagnes des Vignerons. J’ai découvert 2 personnalités attachantes et très douées. N’hésitez pas à cliquer sur leur nom pour découvrir leur blog… Ils ont réalisé devant nous une superbe terrine de légumes sublimes dont les légumes – très originaux – venaient de l’exploitation de Marc Herman du Potager Retrouvé en Belgique, accompagnée de coquilles St Jacques.

– Rencontrées en vrai mes idoles : Pascale Weeks, Dorian, Papilles, Nawal et bien d’autres.

– Croisé Philippe Conticini, le vrai, tranquillement en train de discuter avec des blogueurs : c’est ça l’esprit #SBCS !

– Revues Rose, Anna & Philo.

En résumé, il est vraiment très important de se rencontrer en vrai, de connaître le son d’une voix et pas uniquement ses tweets et ses post.

Un grand merci à toute l’équipe pour cette organisation béton. J’ai passé un excellent moment, une vraie bouffée d’air frais… et j’ai hâte d’aller au prochain SugarNweb le 12/12 à Paris !

Bonne soirée,

@bientôt

Testfood du jour : les très beaux et bons gâteaux de la Maison Chaudemanche @Houlgate

Il y a 5 ans et 1 jour, nous nous marions – civilement – avec un sublime Tom Pousse (une sorte de mille-feuilles à tomber) de la Maison Chaudemanche à Houlgate !
Aujourd’hui en souvenir, nous dégustons ces merveilles que je ne peux que vous recommander…
Bonne fin de week-end à tous !
@bientôt

20120930-182624.jpg

La saison des figues I – La Salade Sexy

Les jolies figues ont fait leur apparition sur les étals de nos marchés, je vous propose donc une recette rapide et très goûtue à essayer sans plus tarder : la Salade Sexy !

Cette délicieuse salade m’a été inspirée par Monsieur Vincent B. habitant à Paris, et a fait l’objet d’un #MMJM (Mercredi Midi J’ai Mangé) sur Twitter la semaine dernière. Ce jeu de tweets et de photos culinaires a été initié voilà quelques mois par Guillaume Long, illustrateur et fou de cuisine au talent indéniable que je vous invite à retrouver ici sur lemonde.fr.

Ingrédients (pour 3-4 personnes) :
– 1 coeur de laitue ou 1 petite sucrine ou 2 belles poignées de mesclun
– 3-4 figues bien parfumées : pour ma part j’ai pris des violettes mais j’aime beaucoup les vertes… le goût de leur coeur rosé est très délicat au palais
– 2 petits oignons rouges ou 2 échalotes, frais si possible…
– 2 boules de mozzarella (plutôt di Buffala, c’est meilleur…) que vous pouvez remplacer par de la burrata comme suggéré par @ioster
– 1 petite botte de ciboulette
– 1 c. à s. de balsamique, 2 c. à s. de vinaigre de framboise, 5 c. à s d’huile d’olive, sel, poivre du moulin

Détailler la salade en petites feuilles et découper les oignons rouges/échalotes en fines rondelles, les réserver.

Trancher les figues et la mozzarella et ciseler la ciboulette.

Mettre la salade dans le saladier, l’assaisonner.

Rajouter les oignons, puis les tranches de mozzarella et les recouvrir des figues.

Parsemer de ciboulette et bien poivrer encore.

Présenter à table telle quelle et ne la mélanger qu’à ce moment-là si vous voulez qu’elle garde toute sa fraîcheur à l’oeil nu…

Cette salade peut très bien faire l’objet d’un plat complet si vous la proposez avec quelques tranches d’un bon jambon cru transalpin.

@ très bientôt

PS : vous aurez bien compris pour ceux qui pratique la langue de Rossini pourquoi elle est si sexy ma salade…

Orecchiete aux moules et leur basilic

Lors de notre dernier séjour varois dont je vous ai déjà parlé avec l’Anchoïade, un bel étalage de moules du Bouchot m’a fait de l’oeil sur la glace du poissonnier de mon hyper préféré. Mon sang de bretonne d’adoption n’a fait qu’un tour et je me suis donc retrouvé avec un sac conséquent de ces beaux coquillages. Le soir-même je les ai préparés en marinière arrangée et le lendemain, j’ai utilisé les restes pour accomoder quelques Orecchiete que nous avions ramenées de notre virée annuel à San Remo en Italie.

C’est donc une recette aux airs de vacances et 2 en 1 que je vous propose aujourd’hui : les moules marinières aux airs de Méditerranée suivie des Orecchiete.

Ingrédients pour les moules marinières (pour 4 personnes) :
– 3 kg ou 3 litres de moules du Bouchot : pour les moules marinières prévoir 500g par personne, le reste servira pour les Orecchiete
– 2-3 échalotes : en cette saison, on les trouve encore fraîche, surtout ne pas hésiter
– 2 belles gousses d’ail
– 3 belles branches de Basilic
– du poivre au moulin
– 1 petit verre de vin blanc sec
Ingrédients pour les Orecchiete (pour 4 personnes) :
– 350g d’Orecchiete ;
– 3-4 c. à s d’huile d’olive, sel, poivre (à ajuster)
– du poivre au moulin
– 1 pincée de piment d’Espelette si vous voulez relever les saveurs
– 1 branche de basilic

 

Bien nettoyer les moules en retirant le fil de chacune d’entre elles, les moules bien fermées bien-sûr… sinon point de pitié. Un des nombreux avantages des moules du Bouchot, en plus de la finesse de leur goût, c’est qu’elles sont souvent propres et donc faciles à nettoyer !

Détailler les oignons, les échalotes, l’ail. Effeuiller les branches de basilic, réserver le tout.

Faire revenir l’ail, l’échalote et l’oignon dans un marmite avec de l’huile d’olive, poivrer. Lorsque le mélange est bien transparent, mettre les moules, le basilic, laisser sur feu vif et remuer jusqu’à ce qu’elles s’ouvrent.

Mettre le verre de vin blanc et laisser quelques minutes encore et servir sans plus attendre. Vous pouvez les servir avec des petites pommes de terre rissolées.

Avant de servir, surtout réserver une partie des moules (1/3 environ) et du jus de cuisson afin de pouvoir réaliser la recette des Orecchiete !

Le lendemain, décortiquer les moules (à 2 ça va plus vite…).

Prendre le jus de cuisson réservé, le faire réduire pendant au moins une vingtaine de minutes afin de ne garder que les sucs de cuisson. Vous obtiendrez ainsi un concentré de saveurs.

Pendant ce temps, faire bouillir de l’eau dans une grande marmite (ne pas saler car les moules le sont déjà…).

Faire cuire les pâtes le temps indiqué et ce à partir de la reprise de l’ébullition.

Après réduction du jus des moules, rajouter 2 cuillères à soupe d’huile d’olive.

Lorsque les pâtes sont prêtes, les égoutter et les remettre dans la marmite, rajouter la réduction, ajuster l’huile d’olive et mettre les moules. Bien mélanger.

Servir dans chaque assiette en rajoutant quelques feuilles de basilic et un peu de piment d’Espelette pour relever.

Déguster sans plus attendre.

@ Bientôt

Coups de coeur en cuisine – les livres / septembre 2012

Rentrée littéraire oblige, je démarre aujourd’hui avec vous une nouvelle rubrique culinaire et quelque peu livresque…

Mon premier cour de coeur, je le dois à Anne, du fameux blog Papilles et Pupilles, grâce à qui j’ai gagné un exemplaire du dernier livre d’Estérelle Payany et de Marie Donzel : La cuisine est un jeu aux Editions Librio.

Ce livre est une pure merveille car il est ludique, drôle et intelligent : y sont contées de multiples anecdotes sur l’histoire de la gastronomie en général (le Guide Rouge etc.) et des mets (la sauce hollandaise pour ne citer que celle-ci).

Bien entendu, il est agrémenté de nombreuses recettes faciles et délicieuses (la recette de la daube d’Estérelle, les pancakes…). Nous avons prévu d’ici peu de tester la recette du Hipscake… A suivre donc très bientôt !

Mon second coup de coeur est un livre que j’ai déniché à la Procure sur la cuisine dans les Monastères… Eh oui cela ne s’invente pas ! Son nom : Recettes et Secrets des Monastères aux Éditions Marabout. Les auteurs sont Laurence et Gilles Laurendon.

Ce livre m’a plu dès le premier regard car les photos de Richard Boutin sont belles et simples. Les recettes sont sur un registre équivalent (ah, ce que j’aime la simplicité et l’épure…), auxquelles ont été ajoutées beaucoup d’éléments d’histoire culinaire.

Je suis sous le charme et ai hâte de tester mes premières recettes… Ma dernière visite à la Distillerie des Chartreux que j’évoquerai prochainement doit y être sûrement pour quelque chose… Les voies du Seigneur sont impénétrables !

Je vous souhaite une excellente rentrée à tous, @ très bientôt

#testfood du Week End : Les Croustines de Poulet par #Maggi

En mai, invitée par Requia et les Astucieuses de Maggi, en tant que blogueuse, j’ai participé à un atelier organisé par la célèbre marque à Paris. Grâce à Bergeou qui m’avait conviée dans son équipe italienne, j’ai partagé avec d’autres blogueurs un excellent moment de gourmandise. Nous y avons préparé des saltimbocca, des crostini de fèves et un risotto printanier… (les recettes disponibles sur le site des Astucieuses).

Quelle surprise donc, quelques semaines plus tard quand j’ai découvert à mon retour de vacances une nouveauté que j’ai testé ce week-end avec les Loulous : Les Croustines de Poulet.

Ces préparations pour émincés de poulet existe en 2 variantes : Barbecue et Tomates-Basilic et vous permettent de préparer des nuggets en un rien de temps.

Comme vous le savez, je ne suis pas une grande habituée des préparations toutes faites (j’ai toujours peur que cela soit plein de trucs bizarres…) mais là j’ai été agréablement surprise :

1) C’est facile à préparer, idéal pour un déjeuner de week-end en famille. On découpe le poulet en morceaux de taille moyenne, un petit bain dans un oeuf battu et un autre dans la préparation et hop au four pour 20 min ;

2) C’est ludique, et les enfants sont ravis de déguster des nuggets comme chez Bip! et vous n’êtes pas obligés de les accompagner de frites… en ce qui nous concerne, j’ai complété d’une purée maison et de tomates cerises ;

3) C’est bon et pas gras (exit l’huile pour une panure classique) , même si j’ai regretté qu’il n’y ait pas une saveur plus simple pour les enfants…

En conclusion, ce n’est pas un produit que je vais utiliser toutes les semaines, mais c’est un élément intéressant de « la cuisine du placard » et il est très pratique en cas d’urgence culinaire avec les enfants !

@Très vite,

G comme Gazouillis publié sur En Aparté

G comme Gazouillis,

Article publié sur En Aparté, le blog de Gaëlle Picut, dédié à la conciliation vie privée/vie professionnelle dans le cadre de son Dictionnaire collaboratif.

Je gazouille, tu gazouilles, nous gazouillons…
Derrière ce joli verbe vous aurez évidemment reconnu Twitter, la vaste communauté de volatiles autrement appelés Twittos.
Pourquoi un tel succès alors que nous courons après le temps, que nous avons du mal à concilier vie privée et vie professionnelle et que ces réseaux sont plus que chronophage (et c’est une accro qui vous le dit…) ?
Ce succès sans conteste c’est d’une part son caractère informatif : échanger, apprendre, communiquer, rencontrer « virtuellement » de parfaits inconnus ; puis c’est aussi son côté ludique (avec l’aide de nos indispensables smartphone), sa rapidité (140 caractères, il faut être concis et efficace)
et enfin c’est aussi peut-être parce que l’on ne s’y dévoile pas tout à fait que cela nous plaît.
On peut y communiquer ce que l’on veut, au moment où l’on veut et couper court à toute conversation quand cela nous chante… sans que cela ne choque la Twittosphère…

En ce qui me concerne, mon usage fût au départ professionnel, je me devais en tant que spécialiste de la communication de connaître, pratiquer ce nouvel outil qui supplante de plus en plus les réseaux matures comme Facebook.
Puis, je me suis prise au jeu quand j’ai crée mon blog pour le faire connaître et « rencontrer » des blogueurs comme moi.
Aujourd’hui, je tweet tous les jours et souvent plusieurs fois par jour et si je ne me disciplinais pas, je pourrais regarder ma TL (tweets list, soit les tweets des personnes que je suis) toute la journée…
Donc oui, je gazouille mais je me soigne !

Et vous ? Vous twittez ?

@FlorenceMKoenig