Joue la comme Malick…

HippoEte2012_Seine

Chers lecteurs,

En ce jour bien gris et bien pluvieux, je voulais vous faire part de mon ravissement tant musical que pictural d’hier… En effet, alors que j’étais dans ma voiture filant vers mes terres – professionnelles – montreuilloises, sur France Musique pendant l’émission du matin de Denisa Kerchova, j’ai écouté Die Moldau* de Bietrich Smetana.

Arrivant du Boulevard Saint Germain, mon trajet me mène alors devant l’Institut du Monde Arabe ; puis filant sur le pont Henri IV qui mène à la Bastille, la musique qui démarrait, prit une dimension magique. La lumière sur la Seine était alors sublime, une lumière un peu froide mais très claire avec un grand soleil qui se miroitait dans les eaux du fleuve.

Le sublime poème symphonique de Smetana vint alors compléter ce tableau avec émerveillement. Nous filions avec ma petite auto et celle-ci n’était plus qu’une bulle de savon transparente et légère qui volait le long des eaux claires du fleuve.

Je me suis prise alors pour Terrence Malick qui dans son très beau film « Tree of Life » (la bande annonce ici), a choisi ce mouvement de Vltava (La Moldau). Ce morceau est tiré de Má Vlast (Ma Patrie), cycle de six poèmes symphoniques de 1879 de Bedřich Smetana.

Il existe beaucoup de version de ce « tube », je vous livre un des enregistrements que j’ai trouvé sur YouTube : http://www.youtube.com/watch?v=AHQxs601D-A.

La version que nous avons écouté hier sur France Musique était vraiment très belle, alors n’hésitez pas à vous la procurer (légalement) ! Il s’agissait de l’Orchestre de Cleveland, dirigé par Christoph Von Dohnnanyi [DECCA Référence label 444867-2]. Détails sur le site de France Musique ici.

Malheureusement, je n’ai pu prendre un cliché de ce beau moment mais je vous livre pour illustration une photo que j’ai prise cet été sur un autre pont de la Seine alors que mon grand Loulou m’accompagnait… J’avais alors eu le même sentiment de sérénité, de bonheur et de calme.

Je vous souhaite un excellent week-end musical et gourmand à tous !

@bientôt,

*NB : Die Moldau est un affluent de l’Elbe, fleuve d’Europe Centrale, qui coule à Prague après avoir pris sa source dans la Forêt de Bohême. CQFD !

Publicités

Coups de coeur en cuisine – les livres / septembre 2012

Rentrée littéraire oblige, je démarre aujourd’hui avec vous une nouvelle rubrique culinaire et quelque peu livresque…

Mon premier cour de coeur, je le dois à Anne, du fameux blog Papilles et Pupilles, grâce à qui j’ai gagné un exemplaire du dernier livre d’Estérelle Payany et de Marie Donzel : La cuisine est un jeu aux Editions Librio.

Ce livre est une pure merveille car il est ludique, drôle et intelligent : y sont contées de multiples anecdotes sur l’histoire de la gastronomie en général (le Guide Rouge etc.) et des mets (la sauce hollandaise pour ne citer que celle-ci).

Bien entendu, il est agrémenté de nombreuses recettes faciles et délicieuses (la recette de la daube d’Estérelle, les pancakes…). Nous avons prévu d’ici peu de tester la recette du Hipscake… A suivre donc très bientôt !

Mon second coup de coeur est un livre que j’ai déniché à la Procure sur la cuisine dans les Monastères… Eh oui cela ne s’invente pas ! Son nom : Recettes et Secrets des Monastères aux Éditions Marabout. Les auteurs sont Laurence et Gilles Laurendon.

Ce livre m’a plu dès le premier regard car les photos de Richard Boutin sont belles et simples. Les recettes sont sur un registre équivalent (ah, ce que j’aime la simplicité et l’épure…), auxquelles ont été ajoutées beaucoup d’éléments d’histoire culinaire.

Je suis sous le charme et ai hâte de tester mes premières recettes… Ma dernière visite à la Distillerie des Chartreux que j’évoquerai prochainement doit y être sûrement pour quelque chose… Les voies du Seigneur sont impénétrables !

Je vous souhaite une excellente rentrée à tous, @ très bientôt

G comme Gazouillis publié sur En Aparté

G comme Gazouillis,

Article publié sur En Aparté, le blog de Gaëlle Picut, dédié à la conciliation vie privée/vie professionnelle dans le cadre de son Dictionnaire collaboratif.

Je gazouille, tu gazouilles, nous gazouillons…
Derrière ce joli verbe vous aurez évidemment reconnu Twitter, la vaste communauté de volatiles autrement appelés Twittos.
Pourquoi un tel succès alors que nous courons après le temps, que nous avons du mal à concilier vie privée et vie professionnelle et que ces réseaux sont plus que chronophage (et c’est une accro qui vous le dit…) ?
Ce succès sans conteste c’est d’une part son caractère informatif : échanger, apprendre, communiquer, rencontrer « virtuellement » de parfaits inconnus ; puis c’est aussi son côté ludique (avec l’aide de nos indispensables smartphone), sa rapidité (140 caractères, il faut être concis et efficace)
et enfin c’est aussi peut-être parce que l’on ne s’y dévoile pas tout à fait que cela nous plaît.
On peut y communiquer ce que l’on veut, au moment où l’on veut et couper court à toute conversation quand cela nous chante… sans que cela ne choque la Twittosphère…

En ce qui me concerne, mon usage fût au départ professionnel, je me devais en tant que spécialiste de la communication de connaître, pratiquer ce nouvel outil qui supplante de plus en plus les réseaux matures comme Facebook.
Puis, je me suis prise au jeu quand j’ai crée mon blog pour le faire connaître et « rencontrer » des blogueurs comme moi.
Aujourd’hui, je tweet tous les jours et souvent plusieurs fois par jour et si je ne me disciplinais pas, je pourrais regarder ma TL (tweets list, soit les tweets des personnes que je suis) toute la journée…
Donc oui, je gazouille mais je me soigne !

Et vous ? Vous twittez ?

@FlorenceMKoenig